La grande récolte pour les enfants 2021

QUATRE MOISSON S’UNISSENT POUR NOURRIR LES 0-5 ANS

Montréal, le 12 avril 2021 – Plus de 17 000 enfants de 0 à 5 ans souffrent d’insécurité alimentaire dans les régions de Montréal, Laval, en Montérégie et en Estrie. Du 12 au 26 avril, La grande récolte pour les enfants (GRPE) a pour but de recueillir de la nourriture pour les organismes communautaires qui œuvrent sur ce vaste territoire.

Nous avons besoin d’aliments pour bébés et jeunes enfants

« Notre modèle étant basé sur la récupération, les aliments et les produits pour nourrissons que nous recevons représentent seulement 1% des dons en denrées et autres biens. Avec une campagne comme la GRPE, nous voulons dire aux entreprises qui fabriquent ou commercialisent ces produits : pensez à nous », explique Richard D. Daneau, directeur général de Moisson Montréal.

Ce printemps, l’objectif de la campagne est de récolter 100 000 kg de denrées qui seront distribuées à près de 200 organismes qui aident les enfants de 0 à 5 ans. Née en 2012 et pilotée par Moisson Montréal, la GRPE se déroule en partenariat avec Moisson Rive-Sud, le Centre de bénévolat et moisson Laval et Moisson Estrie.

Une alimentation équilibrée a un impact sur la croissance du cerveau

Josiane Cyr, nutritionniste en périnatalité et petite enfance, rappelle que les premiers aliments doivent être introduits autour de 6 mois car, à cet âge, les besoins du bébé en termes de calories et de nutriments augmentent.

« Une alimentation variée et équilibrée est essentielle dès le plus jeune âge car les besoins liés à la croissance et au développement du cerveau sont très élevés. Des carences nutritionnelles peuvent affecter le développement de l’enfant, notamment celui du cerveau. » explique la nutritionniste.

Par ailleurs une alimentation inadéquate peut aussi conduire à l’obésité et à des maladies qui y sont associées, comme le diabète de type II. L’apparition de ces maladies à un jeune âge peut prédisposer l’enfant à des maladies chroniques plus tard dans sa vie. Lire le document en annexe sur les risques d’une sous-alimentation.

L’appui de partenaires solides : Maxi et Abbott

« Des partenaires de grande valeur sont déjà engagés pour nous aider à relever ce défi d’augmenter notre distribution de produits pour les tout-petits. Moisson Montréal est heureux de pouvoir compter sur la fidélité de Maxi et le nouvel engagement d’Abbott pour lutter contre l’insécurité alimentaire, » raconte fièrement Richard D. Daneau.

« Maxi est un fidèle partenaire des Moisson et c’est avec beaucoup de fierté que mon équipe s’implique encore cette année dans La grande récolte pour les enfants en s’engageant à remettre un don de 125 palettes, soit cinq camions remplis de denrées et de produits essentiels destinés aux enfants de 0 à 5 ans. Il s’agit d’une clientèle particulièrement vulnérable et cette campagne est primordiale pour soutenir leur développement et les aider à connaître un bon départ dans la vie », affirme Patrick Blanchette, vice-président, Maxi.

 

Pour faire un don : granderecolte.com

Relations de presse : pour toute demande d’entrevue, (514) 701-4206 ou au communications@moissonmontreal.org


LE RÔLE DE L’ALIMENTATION DANS LE DÉVELOPPEMENT DE L’ENFANT: QUELQUES FAITS

Par Josiane Cyr, Nutritionniste en périnatalité et petite enfance

• Les premiers aliments doivent être introduits autour de 6 mois car les besoins du bébé augmentent en termes de calories et de nutriments.

• Le fer est particulièrement important car vers 6 mois, les réserves de fer que bébé avait à la naissance sont généralement épuisées. Il faut donc que les aliments en fournissent. La carence en fer peut conduire à l’anémie. On sait que l’anémie peut avoir un impact sur le développement cognitif, et cet impact pourrait être irréversible et suivre l’enfant tout au long de sa vie. En effet, des études ont démontré que les enfants qui ont été anémiques

en bas âge ont plus de difficulté à poursuivre des études, à trouver un travail et un ou une conjointe une fois rendus à l’âge adulte.

• Une alimentation variée et équilibrée est importante dès le plus jeune âge car les besoins liés à la croissance et au développement du cerveau sont très élevés. Des carences nutritionnelles peuvent affecter le développement de l’enfant, notamment celui du cerveau.

• Une alimentation inadéquate peut conduire à l’obésité et à des maladies qui y sont associées, comme le diabète de type II. L’apparition de ces maladies à un jeune âge peut prédisposer l’enfant à des maladies chroniques plus tard dans sa vie.

• L’accès à des aliments de qualité non transformés permet d’offrir aux enfants une alimentation avec une plus grande teneur en éléments nutritifs. Comme les enfants ont de petits estomacs, tout ce qui entre dans la composition de leur repas devrait le plus possible fournir une bonne valeur nutritive. Le fait que les parents cuisinent à la maison favorise l’apprentissage de saines habitudes alimentaires par les enfants.